Economie

CONTRAT D’AFFERMAGE: Les cadres de la Sde appellent les autorités «à la clairvoyance»

L’Union des cadres de la Sénégalaise des eaux (Udc/Sde), appréciant la situation actuelle qui prévaut au niveau du sous-secteur de l’hydraulique urbaine marqué notamment par l’appel d’offres international relatif à la sélection d’un opérateur pour la gestion du service public de production et de distribution d’eau potable en zone urbaine et péri-urbaine au Sénégal, a appelé les autorités compétentes à la clairvoyance.

Réunie en Comité directeur, ce mercredi 27 mars 2019, «l’Udc en appelle à la clairvoyance des plus hautes autorités, en les exhortant à instruire, dans les meilleurs délais, les conditions de transparence et d’équité dans l’aboutissement de ce processus pour l’intérêt supérieur du secteur et des populations», lit-on dans un communiqué de presse parvenu à la rédaction de «Seneweb».

D’ailleurs, relève la même source, «l’Union des cadres entend pleinement exercer son rôle de sentinelle par rapport à la suite du processus et réaffirme son attachement indéfectible aux principes de bonne gouvernance et à l’exigence de transparence. En effet, si l’attitude de neutralité et de non interprétation des décisions issues des différentes étapes de l’appel d’offres par principe et devoir de réserve a jusqu’ici été de mise, il n’en demeure pas moins que l’Union des cadres entend rester ferme sur les questions de transparence, d’équité et de justice».

«L’accès à l’eau est un droit universel» Appréciant, en effet, la décision N°027/19/ARMP/CRD/DEF de la Commission de règlement des différends (Crd) de l’Armp sur le recours introduit par la Sde ordonnant l’annulation de l’attribution provisoire à Suez et la reprise de l’évaluation, l’Union des cadres de la Sénégalaise des eaux fait remarquer qu’il «est absolument regrettable et préoccupant de maintenir pareille léthargie pour un secteur aussi stratégique et sensible que celui de l’eau potable».

«L’accès à l’eau, denrée vitale, est un droit universel qui transcende les positions de quelques parties du processus que ce soit et que ces incertitudes ne doivent pas plonger le secteur dans une situation de vulnérabilité préjudiciable», relève le communiqué. Ces cadres de rappeler qu’au niveau international, le Sénégal a pris des engagements forts pour assumer un leadership dans la gouvernance mondiale de l’eau se traduisant par l’organisation du Forum mondial de l’eau en 2021.

«De cet engagement, découle l’impérieuse nécessité de sortir rapidement le secteur de cette zone d’incertitudes et de placer les sociétés en charge des missions assignées dans le cadre de la réforme sur des horizons à long terme», ont-ils fait comprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *