VIDÉO – A LA DECOUVERTE DE DEKHEULE OU REPOSE MAME MOR ANTA SALY MBACKE.

0
719

VIDÉO – A LA DECOUVERTE DE DEKHEULE OU REPOSE MAME MOR ANTA SALY MBACKE

On n’entend pas trop parler de lui et son histoire ne semble pas être trop connue. Quand on parle de Serigne Touba, fondateur du Mouridisme, on n’évoque que sa mère Sokhna Diarra Bousso. Pourtant son père est un grand érudit. De son vrai nom, Mohamed Abiboula Mbacké, le pater de Cheikh Ahmadou Bamba était plus connu sous le sobriquet de Mame Mor Anta Sally. À l’époque, on appelait Mor tous ceux qui avaient une grande connaissance des Livres Saints. Mor signifie, selon la tradition, l’érudit, l’agrégé. Il a été très tôt initié à l’apprentissage du Coran. L’homme a eu à fréquenter plusieurs Daaras. Et partout où il est passé, il a fait preuve d’abnégation et de dévotion à l’endroit de ses maîtres. Il est d’ailleurs présenté comme l’un des meilleurs élèves des daaras qu’il a eu à fréquenter. Et l’un de ses maîtres disait de lui qu’il serait un grand savant, puisqu’il était le plus dégourdi d’entres ses camarades et acceptait de faire toutes les tâches pour lui. Après avoir maîtrisé le Coran, il est libéré par son maître qui le bénit et l’encourage à suivre le bon chemin. Avant de se séparer de lui, le maître lui dira : «Tu me donneras le nom de ton deuxième enfant en signe de reconnaissance, c’est tout ce que je te demande. Tu emportes avec toi, tout ce que tes camarades étaient venus chercher ici, de par ta disponibilité.» Un pacte est signé entre les deux hommes et Mame Mor Anta Sally tiendra parole. Ce fils ne sera personne d’autre que Serigne Touba, qui porte le nom de Bamba, comme le maître de son père.

Fils de Anta Saly Kane et de Mame Balla Mbacké, Mame Mor Anta Sally est apparenté à son épouse Sokhna Diarra de par leur lignée maternelle. Des confidences faites par Serigne Cheikh Bousso, parent de sang de Sokhna Mame Diarra Bousso, on apprend que le père de Serigne Touba a eu à faire de nombreux voyages à la recherche du savoir. «Son amour du savoir islamique l’a amené à faire de nombreux voyages dans les plus grands foyers religieux de l’époque pour apprendre toutes les doctrines», rapporte-t-on. De retour au Cayor, plus précisément à Mbacké Cadior, il s’y installa définitivement et ouvrit son école. L’école de Mame Mor Anta Sally avait la particularité d’être un condensé de toutes les connaissances islamiques. Elle était très populaire et réputée complète en termes de connaissances dispensées. Il a eu à fréquenter plusieurs daaras, dont Coky. Ses grands-parents étaient des érudits.

Originaire du Djolof, Mame Mor Anta Sally avait plusieurs épouses, dont Sokhna Diarra, la plus connue, Sokhna Mame Anta Ndiaye, Sokhna Mame Thioro, Sokhna Faty, Sokhna Isseu Diop. Il avait un don, selon Serigne Cheikh Bousso, puisque Allah exauçait tous ses vœux. Le saint homme savait que son fils n’était pas une personne ordinaire. Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké était non seulement son élève, mais aussi son assistant dans la gestion. Leurs rapports étaient basés sur la confiance et le respect mutuel, rapporte-t-on. Dans un de ses livres, Serigne Touba parle de son père et le qualifie «d’Imam des savants». En plus de Serigne Touba, il avait des fils du nom de Mame Mor Diarra, Mame Thierno, Mame Cheikh Anta, Serigne Massamba, Serigne Cheikh Thioro, Serigne Balla Thioro, Serigne Cheikh Absa, entre autres. Cheikh Ibrahim Mbacké est fils de Mouhamed (dit Serigne Mor Anta Sally), fils de Habib Allah, fils de Mame Maram, fils de Mouhamed Al Khaïry. Mame Thierno Birahim et Serigne Touba ont le même père, à savoir Serigne Mbacké Mor Anta Sally.

Jurisconsulte et grand érudit, Serigne Mor Anta Sally a une descendance connue et respectée à travers le Sénégal de par leur piété et leur rôle dans l’Islam. Serigne Touba le prénommait aussi le vivificateur de l’Islam. Il aura fait embrasser l’Islam à des milliers de gens dans le Cayor et le Waalo.

Le saint homme ne vivait qu’à la sueur de son front. Il excellait dans l’agriculture et ne voulait pas vivre aux dépens des autres. A sa mort en 1881, selon Serigne Cheikh Bousso, Mame Mor Anta Sally a demandé à être enterré à Dékheulé auprès de ses parents. La fondation de certaines localités historiques lui est attribuée. C’est notamment le cas du village de Khourou Mbacké (1854), Porokhane (1871), Patar (1876), lieu de résidence où reposent son fils aîné Serigne Baye Anta et son frère Cheikh Ibra Faty, Mbacké Cayor (1880), berceau du Mouridisme. Un village qu’il a fondé à son retour du Rip où il officiait auprès de l’Almamy Maba Diakhou Bâ.

Selon des confidences, c’est suite à une demande formulée par Lat Dior Diop, Damel du Cayor, auprès de l’Almamy pour avoir un guide religieux, que Mame Mor Anta Sally s’installa à Mbacké Kadior. Toujours selon nos informateurs, un Magal lui est dédié chaque année à Dékheulé, dans le département de Kébémer (Nord). Le Magal de Dékheulé est organisé depuis 1961, dans cette localité de la région de Louga où repose le vénéré Serigne Mame Mor Anta Sally depuis 135 ans. Cela vise à perpétuer la mémoire du défunt, même si nos informateurs déplorent l’enclavement de Dekheulé qui est distant de Touba de 50 kilomètres. Décédé à l’âge de 61 ans, il repose à Deukheulé. Aujourd’hui, son fils Bamba est célébré presque dans tout le monde.

Partager :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here